Vous êtes ici : Accueil / La SHCB raconte… / Étienne Pasquier / La Ferlandière >>

La Ferlandière

La ferme de la Ferlandière et Etienne Pasquier
un érudit du XVIe siècle (1529-1615)

 

1 La ferme de la Ferlandière :

 

La Ferlandière, sympathique corps de ferme entouré de champs de blé et de maïs, que l’on peut apercevoir dans la plaine, à la sortie du Châtelet en allant vers Fontaine-le-Port est depuis trois générations la propriété de la famille Leclère. L’exploitation est gérée aujourd’hui par André et Maryse Leclère.

La Ferlandière, qui signifie « terre au fer » consistait en une ferme à laquelle était adjointe autrefois, une maison de campagne, ou gentilhommière, le tout entouré de fossés, comme l’atteste le plan d’Intendance dressé en 1785.

 

Tableau de la Ferlandière
Ferme de la Ferlandière
Peinture Bretin 1944
(Collection A et M Leclère)
Plan d'intendance
Plan d’intendance 1785
(AD 77 cote 1c49/10)

Au XVe siècle, la Ferlandière dépendait du fief du Bois Louis appartenant aux Dames de Poissy seigneurie du Châtelet.

Elle fut la propriété d’une famille Pasquier au cours du XVIe siècle et début du XVIIe durant près de cent ans.

Le personnage dont nous allons vous conter aujourd’hui brièvement l’histoire, se nommait Etienne Pasquier.

Il fut lié à la Ferlandière durant une grande partie du XVIe car il venait, comme nous le verrons, y séjourner très souvent avec sa famille.

Il fut en son temps très célèbre, mais aujourd’hui trop méconnu.

Pourtant, il fut à la fois grand juriste, historien, orateur, polémiste, homme de lettres.

C’est une des raisons qui nous incite à lui rendre hommage ici.

Cet érudit fut très écouté en son temps. Il fut le conseiller des rois Henri III (1574-1589) et Henri IV (1589-1610), mais aussi d’amis célèbres ou de ses propres enfants, comme le confirme l’abondante correspondance publiée dans un recueil intitulé « Les Lettres d’Étienne Pasquier ».