Vous êtes ici : Accueil / Nos expositions / La libération du 26 août 1944 / Offensive américaine >>

Offensive américaine

Samedi 26 août 1944, 10h30
Offensive américaine, destruction de la colonne allemande

 

Avant le 26 août 1944

Deux mois après le 6 juin 1944, jour du débarquement des américains sur les plages normandes, le général Patton et sa troisième armée se trouvaient dans le sud de la Seine-et-Marne, entre Melun et Fontainebleau. Bien que mis sur le reculoir, les allemands résistent bien en faisant sauter des ponts sur la Seine afin de ralentir l’avancée des forces alliées. C’est ainsi, que le pont de Valvins, seul passage encore debout, déjà fragilisé, ne résista pas au passage des premiers chars américains.

Dans la nuit du 18 août, le pont de Fontaine-le-Port saute.

A partir du 20 août, de multiples explosions lointaines se font entendre et très régulièrement les bombardiers alliés attaquent les gares de triage, les aérodromes et les concentrations des troupes allemandes.

Le 22 août, les premiers combats opposent les américains et les allemands à l’entrée de Melun. Dans la soirée, c’est le dépôt de bombes de Livry que les allemands détruisent. Le bruit de ces explosions d’une puissance extraordinaire est perçu jusqu’à Sivry et le Châtelet.

Dans la journée du 24 août, les allemands battent en retraite et traversent Sivry en empruntant toutes sortes de véhicules.

Fontaine-le-Port a été libéré dans la matinée du 25 août.


Half-track allemand, route RN5 (D605)
(collection : Claude Foucher)

Dans la journée du 25, les premiers blindés US atteignent les fermes de Mimouche et des Granges. Les allemands réquisitionnent les hommes de Sivry pour dresser des barricades à l’aide de véhicules agricoles renversés. La nuit est calme, les habitants se sont réfugiés dans des caves ou dans des abris de fortune en prévision des combats qui ne manqueront pas de se produire.

Camion semi-chenillé Ford Maultier allemand, route RN5 (D605)
(collection : SHCB)

 

Le 26 août 1944 dans la matinée…


Half-track allemand, route RN5 (D605)
(collection : Claude Foucher)

Dès 5h30, le matin du 26, des duels d’artillerie s’engagent. Les blindés américains qui s’étaient retirés sur Melun la veille, reviennent à nouveau vers la ferme des Granges et sont pris sous le feu de canons antichars allemands qui s’étaient dissimulés dans les bois autour de Sivry. Les combats font rage, mais des blindés US débordent les positions allemandes qui, menacées d’encerclement se replient sur Courtry. La résistance ennemie est encore tenace et inattendue, les américains font appel à leur aviation tactique.

Vers 10h30, six chasseurs US arrivent au-dessus de Sivry et repèrent une colonne allemande en retraite, au niveau du Bois Louis, sur la nationale RN 5 (D605). Des avions mitraillent dans le sens de la longueur de la nationale, tandis que d’autres croisent les tirs en travers de la 5. Un des avions qui attaque en piqué est touché en plein moteur. Le pilote tente de redresser son appareil, mais celui-ci vient s’écraser dans les bois de Saveteux (Nous développerons plus loin cet évènement important, au cours duquel le pilote Ernest Gaston trouva la mort).Sivry étant libéré en fin de matinée, les jeeps et une colonne de chars US prennent la route du Châtelet.

Des épaves fumantes sont immobilisées tout le long de la nationale 5, entre le Bois Louis et le Châtelet. L’un des chars allemands est même retrouvé incendié à l’entrée du village, non loin du château des Dames.

Autour des chars incendiés, à la suite de cette attaque aérienne, plusieurs corps allemands gisent. Des corps déchiquetés sont retrouvés à différents endroits. Ils sont 11 au total à avoir été recensés : 9 au bois de la Haye, 1 à Saveteux et 1 aux Grandes-Maisons. 7 seulement seront identifiés. Tous ces corps avaient été dans un premier temps, enterrés sur place, le long du bois de la Marbrière, chemin de Blandy.

Les combats avaient été rudes, mais la voie en direction du Châtelet était libre. Les alliés l’atteindront dans le courant de l’après-midi

 

Le 9 juillet 1945, à la demande de la préfecture, les corps des soldats seront exhumés et conduits au cimetière du Châtelet par des équipes volantes de prisonniers allemands réquisitionnés pour cette triste besogne.


Exposition SHCB, août 2015-12-11
(collection : SHCB)

Le 13 décembre 1960, ils seront définitivement enterrés au cimetière de regroupement des militaires allemands du Fort de la Malmaison à Chavignon (02).

 

<- précédent suivant ->