Vous êtes ici : Accueil / Histoire du village / Nos personnalités >>


Nos personnalités

« Les hommes font l’histoire, mais ne savent pas l’histoire qu’ils font »

(Marx repris par Raymond Aron).

Chaque commune possède son ou ses personnalités. Elles peuvent avoir influencé la grande Histoire nationale ou la petite histoire locale. Et au détour des recherches on s’aperçoit que pointe une figure connue. C’est ce qui fait le bonheur de l’historien local. A Le Châtelet en Brie nous avons ainsi croisé Etienne Pasquier, Louis Puissant, Auguste Rodin…

 

Un savant né au village

LOUIS PUISSANT
(22/09/1769 – 08/01/1843)

 

Portrait Puissant Louis (Académie des Sciences)

Portrait Puissant Louis
(Académie des Sciences)

Né le 22 septembre 1769, à la ferme de la Gatellerie, commune du Châtelet-en-Brie, dans une famille de cultivateurs. Ayant perdu ses parents très jeune, il fut recueilli par une famille de Château-Thierry.

Par son désir d’apprendre, et plus tard par le succès de ses études, en 1792 il est nommé Ingénieur géographe à l’armée des Pyrénées Occidentales, puis professeur en 1795 à l’école centrale du département du Lot-et-Garonne.

Entre octobre 1802 et août 1803, il fut chargé du lever de la carte de l’île d’Elbe. En octobre 1803, il est professeur de mathématiques à l’école spéciale de Fontainebleau, transférée en 1808 à Saint-Cyr, où il exerce jusqu’en 1809.

Il est élu membre de la Société Philomathique de Paris en 1810, membre de l’Académie des Sciences, section géométrie le 3 novembre 1828.

Il est décoré au titre de Chevalier de l’Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis en 1814, Chevalier de la Légion d’Honneur en 1821 et Officier en 1826. Il publia plusieurs ouvrages, mémoires, recueils et cours.

Il décède le 10 janvier 1843 à Paris, âgé de 73 ans. Colonel d’État Major au corps royal des Ingénieurs géographes militaires en retraite, il fut inhumé le 12 janvier au cimetière Montparnasse.

Un érudit du XVIe siècle

ETIENNE PASQUIER
(1529-1615)

Etienne Pasquier

Etienne Pasquier

Jurisconsulte, député, historien, humaniste et poète à ses heures, Etienne Pasquier, né le 5 juin 1529 à Paris, était originaire de la Brie.

Propriétaire de la ferme de la Ferlandière, il venait y séjourner quelques mois, tous les ans, quand il ne siégeait pas au Barreau de Paris.

Il laissa une abondante correspondance dans laquelle il parle, de sa vie, de sa famille, de ses œuvres ou des échanges qu’il eut avec les plus éminents personnages de son époque.

Lui qui naquit sous François 1er et mourut sous Louis XIII, connut 7 rois et fut le conseiller d’Henri III et de Charles IX. Il rentra dans Paris en 1594, à la suite d’Henri IV, quand celui-ci, après avoir abjuré, fut accueilli par le peuple de la capitale en liesse.

Quand Etienne Pasquier mourut le 1er septembre 1615, il était estimé, reconnu et honoré, car c’était un homme de conviction qui avait toujours eu à cœur de servir l’Etat. Il était considéré comme un homme intègre et fut donné par ses pairs comme un exemple à suivre.

D’ailleurs, il enseignait à ses enfants qu’il n’y avait pas de plus belle mission que celle de servir son pays.

Ce dont tous ses fils s’acquittèrent en devenant militaires ou magistrats.

Par ailleurs, Etienne Pasquier savait donner des réceptions fastueuses quand il se trouvait à la Ferlandière.

Il recevait volontiers des gens de la noblesse briarde ou des personnages de la magistrature comme l’attestent les relations épistolaires conservées dans le livre qu’il publia vers la fin de sa vie : « Les lettres d’Etienne Pasquier ».

Il publia aussi « Recherches de la France », que l’on considéra comme son œ…

Pour en savoir plus…>>

Un hôte de marque

AUGUSTE RODIN
(1840 – 1917)

 

Portrait de Rodin, 1907 (Collection musée Rodin)

Portrait de Rodin, 1907
(Collection musée Rodin)

Célèbre sculpteur, il nous a laissé de nombreuses oeuvres dont « Le Penseur », « Les Bourgeois de Calais », « Le Baiser ». Il venait au 3 rue du 26 août 1944 (à l’époque route de Melun). Cette maison était habitée par le docteur Vivier. Ce médecin ami de Rodin, soignait la compagne de celui-ci, Rose Beurret. Ayant le cœur fragile, elle venait se reposer au Châtelet.